SteamWorld Quest : Hand of Gilgamech

Un combo RPG + jeu de cartes efficace !

Mon avis résumé en une image

Avis sur le net (au moment du feedback)

Metacritic
80 %
Gamekult
70 %

Durée de vie moyenne : 10-15h.


~ Intro ~


Après mon coup de cœur de l’an dernier, Slay the Spire, je m’étais renseigné pour voir un peu ce qui existait et/ou allait sortir et qui proposait un gameplay un peu similaire.
J’avais ainsi repéré SteamWorld Quest (de la franchise SteamWorld) qui a débarqué sur Switch en avril dernier, et que j’ai acheté le jour-J (la veille même si je me souviens bien).

SteamWorld Quest est un RPG proposant des combats au tour par tour assez proche de Slay the Spire, en moins profond toutefois et avec du deckbuilding plus light et qui se fait tout au long de l’histoire, car oui SteamWorld Quest n’a rien d’un rogue-lite à contrario de StS.

On se retrouve donc dans un monde rapidement menacé par on ne sait quoi (du moins au début) avec une équipe d’apprentis aventuriers/héros qui devront coopérer pour venir à bout des très nombreux ennemis présents tout au long du jeu.

Les déplacements se font en side-scrolling tandis que les combats sont, comme évoqué plus haut, en tour par tour avec des actions résultants de vos choix de cartes. Certaines cartes permettent de cumuler des points de pression (PP), tandis que d’autres en consomment. On retrouve par ailleurs les actions habituelles, à savoir des attaques (mono/multi/dots…), des buffs/debuffs et des cartes « utilitaires » offrant des effets variés.

Vous pouvez jouer 3 cartes par tour (sauf exceptions) et pouvez obtenir 2 types de bonus :
– Ceux résultants d’un enchainement = vous jouez 3 cartes d’un même perso, ce qui permet d’obtenir un 4ème effet lié à l’arme utilisée par ce dernier.
– Ceux résultants d’un combo entre deux personnages et ayant pour conséquence d’améliorer l’effet de l’action du second personnage.

Les cartes utilisées partent dans la défausse et reviennent dans la pioche une fois cette dernière vidée, à la manière de StS.

En fin de combat on obtient de l’or et des ressources, l’or permet d’acheter des items (dont du stuff) tandis que les ressources permettent de créer de nouvelles cartes pour son deck (en sachant que l’on est limité à 8 cartes par personnage avec une limite de 3 personnages dans l’équipe) ou bien encore d’améliorer les cartes existantes.

Voilà voilà pour la petite explication concernant le fonctionnement du jeu. Habituellement je passe outre mais vu que ce titre n’est pas très connu et propose un gameplay relativement différent de ce que propose la concurrence, je me suis dit que ce serait utile 🙂


Points positifs

  • DA au top, chaque niveau a sa propre identité et le style/rendu visuel est de toute beauté !
    On se plait à parcourir le jeu et à contempler les différents tableaux.
  • Système de combat plus profond qu’en apparence, comme évoqué en intro on a pas mal de paramètres à gérer, son deck d’une part mais aussi les cartes que l’on va jouer à chaque tour et ce pour tenter d’aller chercher des bonus d’enchainements/de combos.
  • Stuffing limité mais qui fait le taf avec notamment des armes qui offrent des bonus d’enchainements différents et permettent de varier quelque peu le gameplay 🙂
  • Système d’upgrade des cartes (et de création de nouvelles) via des compos obtenues en fin de combat, cela permet d’améliorer son deck ou d’en concevoir un totalement différent.
  • Pas mal d’humour, on reste dans du domaine enfantin mais ça passe très bien.

Points négatifs

  • Durée de vie relativement courte (10-15h), une fois le jeu terminé il reste la possibilité d’affronter des vagues de monstres dans une arène (ce que je suis en train de faire) même si l’intérêt reste limité…
  • Équipe de 3 personnages maximum (sans possibilité de changer en combat), tout comme Mutant Year Zero on est ± forcé à conserver l’un des personnages dont le bonus d’enchainements est bien fumé et on reste potentiellement tout le long du jeu avec la même équipe…
    De mon côté j’ai joué avec Galleo en tank/soutien défensif + Copernica en mage glass canon + Orik en empoisonneur physique/arcanique. Ça a très clairement fait le taf 🙂
  • Certaine répétitivité dans les combats, notamment lié au fait que le deck global soit limité à 24 cartes tout au long d’un combat, on en fait rapidement le tour et on cherche souvent les mêmes combos :/
  • Histoire sommaire, pas désagréable pour autant mais terriblement simpliste…

~ Bilan ~

Au final très loin de Slay the Spire, SteamWorld Quest : Hand of Gilgamech est toutefois un très bon jeu tactique offrant des combats peut être un poil simplistes mais relativement prenants.

L’aspect deck building est malheureusement moins prononcé que ce que j’imaginais mais le mélange RPG + combats tour par tour à base de cartes fait son petit effet, suffisamment en tout cas pour être déçu une fois le jeu achevé 🙂

Aussi présent sur PC depuis fin mai, et disponible à un prix plutôt abordable (une vingtaine d’euros), c’est un titre que je ne peux que conseiller à tout adepte des combats au tour par tour !

A découvrir aussi

RpGmAx
Joueur trentenaire passionné depuis mon plus jeune âge, bercé à la Game Gear, aux jeux MS-DOS & ancien joueur "assidu" de MMORPG... Je me consacre désormais davantage à des jeux solos, plus adaptés à mon statut de jeune papa 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici